Les 5 comportements d’un leader…un talent qui s’acquiert

Les 5 comportements d’un leader… un talent qui s’acquiert – « Les entraineurs sont – ils entrainés ? »

117 Partages



Pour approfondir vos compétences managériales, nous vous conseillons fortement de lire « les entraineurs sont t’ils entrainés ? » de Patrick Chanceaulme. Voila un excellent livre que chaque entraineur ou éducateur devrait avoir dans sa bibliothèque.  L’auteur part du principe que : les compétences techniques et tactiques des actuels entraineurs sont quasiment au top. En revanche, leurs marges de progrès sont réelles et indiscutables sur les terrains de la communication et du management des hommes. 

Pour commander le livre, cliquer sur le lien qui suit : Les entraîneurs sont-ils entraînés?

Pour vous présenter ce superbe livre, nous allons voir 5 comportements préconisés afin de dépouiller votre style de management et faire de vous un leader. Lisez attentivement l’article

     A – GUIDER SANS PORTER

Le premier de ces comportements de leadership consiste à guider ou accompagner sans porter ni faire à la place. Quand un entraineur intervient dans un jeu toutes les 2 secondes pour dire quoi faire, cela peut devenir très frustrant et surtout contreproductif. Voilà le défaut d’une qualité. Le souci du travail bien fait se transforme en comportement de harcèlement déresponsabilisant.
Nous, entraineurs, devons laisser commettre les erreurs, favoriser leur acceptation, pour ensuite permettre aux joueurs de trouver mieux, plutôt que leur imposer. Il fait les laisser s’exprimer pleinement et librement. Ainsi le coach va prendre du recul et il sera plus à même de percevoir les premiers signes de doute, de fatigue physique ou psychique, les fautes inhabituelles.

     B – SURPRENDRE SANS DYSTRESSER

Un manque de renouvellement dans les entrainements, dans la gestion du groupe et l’organisation de la semaine par exemple finissent par peser. La lassitude s’installe, l’envie diminue et le plaisir s’amenuise. L’entraineur doit savoir lutter contre la force des habitudes. Il ne s’agit pas de faire plus ou mieux mais faire autrement. Surprendre ses joueurs agréablement tant dans les modes de préparation que dans les modes de relation. Faire de chaque entrainement une création originale !
Comment varier les modes de préparation et de relation ? Comment ajouter de la saveur au savoir ? Voilà un nouveau défi !


Pour rompre avec la routine, les idées et autres techniques ne manquent pas. Nous allons énumérer 3 techniques simples et efficaces.

1. Prendre le contre-pied : cela revient à faire exactement le contraire de ce qui est attendu. Par exemple, pourquoi pas passer en revue tout ce qu’ils font dans le même ordre, avec les mêmes personnes, toujours au même endroit, depuis des semaines et des mois.
« Comment est ce que j’annonce habituellement mon équipe »
« Pourquoi ne pas faire intervenir un entraineur extérieur ou un joueur pour travailler spécifiquement sur un poste ou des gestes ? »
«  Pour une fois, demander aux joueurs de faire le retour collectif dans un autre lieu que celui habituel ? » L’animation de séquences de brainstorming est d’une efficacité redoutable pour booster une équipe.

2. Donner le change : Changer de lieu, changer d’horaire, changer de peau. Muer, muter, permuter. Quelles sont toutes les occasions que l’entraineur a de modifier les horaires, l’ordre des séquences, le lieu, les intervenants… Les occasions ne manquent pas de changes et d’échanges.

3. Utiliser le classique : Vous devez savoir sortir vos compétences d’animateur en utilisant des contenus ludiques comme des petits tournois, un golf-foot, un tennis-ballon…L’objectif étant que vos joueurs prennent du plaisir. Vous pouvez aussi offrir un temps de repos supplémentaire, inviter votre groupe à une activité sportive autre que le foot, faire un repas convivial devant la champion’s league…Bref, les occasions ne manquent pas. Ne négligez pas de surprendre par la surprise ! La surprise est éphémère mais elle impacte l’humeur. Elle crée de la complicité tout en vitaminant les esprits et les énergies.

     C – CHERCHER DES REPONSES PLUTOT QUE DES REACTIONS 

Quand la motivation commence à s’effriter ou les bons résultats se raréfier, certains entraineurs éprouvent un malin plaisir à vouloir faire réagir leurs joueurs. Certains vont faire trembler les murs du vestiaire tandis que d’autres vont préférer leurs faire payer séchement la défaite du week-end par une séance ultra physique. Toute les deux sont improductifs. Un leader n’utilise pas ces méthodes qui en plus d’etre improductifs sont dévastatrices.

Est-il nécessaire d’en arriver la ? N’y a t’il pas d’autres manières plus élégantes et surtout plus efficaces de re-booster une équipe ? Oui, notamment par la commmunication individuelle puis collective. Elle se doit d’etre posée, réflechie, constructive en un mot professionnelle. Un entraineur doit aimer communiquer, comprendre les autres. C’est pour cela que le leader communique à outrance avec ses joueurs. Il est donc important de ne pas tomber dans l’excès de mise en scène ou de provocation. Chercher à faire réagir de la sorte revient à générer de l’incompréhension, soit un stress inutile.

     D – RECADRER OU SANCTIONNER SANS AGRESSER NI HUMILIER

Voilà un autre comportement déviant à absolument à éviter. Il s’agit du comportement de commandement à caractère humiliant. Dans une saison, il est logique qu’un joueur dérape.
Pas d’effet de surprise ou toute forme d’humiliation, l’entretien individuel avec le concerné est l’étape indispensable. L’entretien de recadrage a pour but de ramener dans le droit chemin celui qui s’en est écarté. Il vise à lui rappeler les règles et à veiller que la situation négative ne se reproduise pas.
L’entretien permet de :
comprendre comment le joueur en est arrivé la
montrer que le droit à l’erreur existe et rendre l’erreur éducative
éclairer le joueur sur ses comportements
prévenir que la situation ne peut se reproduire
faire s’engager le joueur à ce que la situation ne se reproduise pas
s’affirmer dans son rôle de coach responsable
 L’entretien individuel doit avoir lieu peu de temps après l’écart. Toute forme d’agressivité, de chantage ou de menace directe ou indirecte sont à proscrire. Un recadrage bien effectué contribue à asseoir une autorité saine.
Si le joueur récidive, ses motivations sont de détruire quelque chose ou quelqu’un. Alors l’entretien sanction se justifie pleinement.

     E – CADRER ET RASSURER

Si l’on doit définir la mission d’un manager en deux mots, voici quels seraient-t’ils : cadrer et rassurer.
Cadrer en donnant un cadre de fonctionnement, des règles, des objectifs, des consignes.. tout ce qui constitue des repères pour le joueur.
Rassurer signifie expliquer, mettre à l’aise, écouter, adapter, aider…tout ce qui facilite une relation de qualité, de façon à ce que le cadre soit compris et accepté sans contrainte. Chaque entraineur doit veiller à faire cohabiter ces deux dimensions, sans jamais tomber dans l’excès de l’une ou de l’autre.


Le grand leader est celui qui a appris à dépouiller son style de management. Le leader est celui qui fait bouger les autres, sans avoir à forcer le trait, sans passage en force, tout simplement par la clarté de ses messages, sa capacité à écouter, à guider sans porter, à surprendre sans dystresser, à recadrer sans humilier.

Ce livre va vous donner des conseils précieux et autres clés pour franchir un nouveau cap dans le management de vos joueurs…

Pour commander le livre, cliquer sur le lien qui suit : Les entraîneurs sont-ils entraînés?

Vous avez déjà lu cette excellent ouvrage ? Vous a-t’il aidé dans la communication et le management ? Votre avis nous intéresse ! Laissez-nous un commentaire…

117 Partages

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*