Le jeu de position, un outil au service du collectif

Le jeu de position, un outil au service du jeu collectif




Lorsque nous parlons de jeu de position, un nom vient en tête, le fabuleux Pep Guardiola. Cette année avec les citizens les statistiques sont fracassants ( 25 victoires, 3 nuls pour seulement une défaite). La meilleure attaque du championnat Anglais avec une moyenne de 2,87 buts par matches. Des temps de possession impressionnant grâce à des circuits de passes rodés et les déplacements des joueurs répétés. Pour arriver à cela, il a certes des joueurs talentueux mais aussi aussi un outil utilisé fréquemment par le catalan et maintenant beaucoup d’autres entraineurs…le fameux jeu de position. Nous allons vous éclairer sur certains points comme : Avec quel plan de jeu utiliser le jeu de position ? Quels sont ses caractéristiques ? Comment le travailler ? 

Le jeu de position permet que les joueurs, les positions et le ballon voyagent ensemble
Dani Fernandez ( journaliste sportif Espagnol )

Avec quel plan de jeu l’utiliser ?

Si vous souhaitez vous inspirer du jeu de position, nous allons vous éclairer sur les principes à mettre en place dans la partie dynamique du jeu en référence aux 4 phases de jeu ( phase offensive, phase de transition défensive, phase défensive, phase de transition offensive ).

Phase offensive : Mise en place du jeu de position 

En possession du ballon, l’équipe doit être en capacité de multiplier les passes courtes. Comme aime le dire Pep Guardiola : « Le ballon nous organise et désorganise l’adversaire. » C’est exactement dans cette phase de jeu que le jeu de position est utilisé. Le bloc offensif est compact de façon à faire voyager le ballon ensemble et en respectant le dispositif mis en place par l’entraineur. Il faudra respecter des principes pour avoir une construction du jeu « pas à pas », afin d’éliminer une à une les lignes adverses (attaque, milieu et enfin défense).
Les principes seront présentés dans la seconde partie mais nous en énumérons quelqu’uns : recherche d’un homme libre entre les lignes, se déplacer de façon à proposer des triangles de passes, choisir entre avancer en conduite ( « conduccion » en Espagnol ) pour aspirer un adversaire et libérer un partenaire ou effectuer une passe directe dans les pieds… Le jeu de position va donner des références collectives qui vont amener de la fluidité, de l’anticipation dans le jeu. 

Phase de transition défensive : Attaquer l’attaque adverse

La conséquence de la phase de jeu précédente est que lorsque l’équipe va perdre le ballon, elle est ensemble et elle peut plus facilement utiliser un pressing à la perte. Effectivement elle se trouve en supériorité numérique autour de la perte et l’adversaire se trouve fatigué et désorganisé. Pep Guardiola dit :  » Quand nous perdons le ballon après une séquence de 10, 15 ou 20 passes cela nous aide à être ensemble. le but des passes est de bouger et être ensemble.  Quand cela arrive et que l’on perd le ballon, on est à 4 ou 5 mètres on peut presser immédiatement et rapidement. Et ensuite on peut exploiter la transition. Quand on perd le ballon est qu’on est à 40 mètres. On ne peut pas réussir à presser. » En bref, l’attaque conditionne la façon de défendre et dans le même temps le jeu de l’adversaire. L’adversaire devra être en capacité de sortir de cette zone de densité. Et généralement, il privilégie un jeu long ou direct vers l’avant.

Phase défensive : Défendre loin du but

Si l’équipe n’a pas réussi à récupérer le ballon dans les secondes suivant la perte du ballon, le bloc équipe se doit de se replacer pour retrouver un équilibre défensif. Et surtout le bloc défensif doit être suffisamment haut afin d’exploiter le type de transition utile au jeu de position. Une récupération trop basse oblige un jeu vers l’avant car l’équipe n’a pas assez d’espace de conservation ( à l’arrière du porteur du ballon ) pour sécuriser le ballon. 

Transition offensive: Reprendre l’initiative du jeu

Lors de la récupération du ballon, 2 types de transitions surviennent : soient aller vite vers l’avant pour profiter du non replacement du bloc adverse, soient privilégier des passes sécuritaires afin de reprendre des positions offensives et repartir sur une attaque placée. Et bien sur le jeu de position est avant tout une conservation du ballon améliorée, un outil au service du collectif. Nécessairement , une attaque de position plutôt qu’une contre-attaque sera donc privilégiée. Des passes sécuritaires vont permettre de profiter de la supériorité numérique. Il faudra ensuite faire progresser le ballon en partant de la ligne défensive et voyager avec lui. Pep Guardiola aime le dire : « la sortie de la balle au football, c’est comme l’ouverture aux échecs: c’est la phase à la fois la plus subtile et la plus difficile du jeu, mais c’est elle qui conditionne tout le reste. » 

Exemple de jeu de position en effectif complet : Jeu de position en 4 contre 4 + 2 par Villareal CF 

Dans la partie dynamique du jeu, les différentes équipes de Guardiola utilisent ce modèle de jeu afin d’exploiter au maximum les principes du jeu de position. Un entraineur souhaitant mettre en place le jeu de position ne doit pas forcément avoir un jeu sophistiqué mais il doit proscrire des principes que nous citons ci-dessous :
En phase défensive :
Le retrait défensif à la perte du ballon
Une défense passive avec un bloc bas
En phase offensive :
Avoir un jeu direct et / ou long
Lancer des contres limité dans le temps à la récupération du ballon

 

Le jeu de position et ses caractéristiques

Dani Fernandez, un journaliste espagnol dans le milieu du football  a listé des mécanismes nécessaires essentiels au jeu de position. Nous allons énumérer ci-dessous certains principes essentiels :

1 – L’échelonnement : aucun joueur ne doit se retrouver sur la même ligne horizontale ou verticale qu’un coéquipier.

Illustration / la délimitation du terrain par Pep Guardiola 
Dans Herr Pep de Marti Perarnau, Guardiola donne un exemple en parlant de l’échelonnement  :
« On travaille dans ces cinq couloirs, et ce qui est fondamental c’est que l’ailier et le latéral du même côté ne soient jamais dans le même couloir. » 

2 – L’amplitude : les joueurs de côté doivent s’écarter pour ouvrir les lignes adverses et créer de l’espace à l’intérieur du jeu.

3 – La conduite : La conduite ne s’entend pas comme le maniement du ballon mais plutôt comme le fait de garder ou porter le ballon, pour faire sortir un adversaire ou l’aspirer. Il faut savoir quand conduire le ballon et quand le passer.

4 – Le troisième homme : Former des triangles avec un joueur plus avancé pour s’appuyer sur lui et atteindre un homme libre.

5 – L’orientation du corps : Le joueur à l’avant du ballon doit être orienter de profil avant de recevoir le ballon de façon à augmenter son champ de vision.

6 – L’homme libre : Il se situe derrière la ligne de pression, il est être prêt à progresser immédiatement sur le terrain. Il doit donc toujours se positionner de trois quarts et non dos au but.

Xavi, ancien maitre à jouer du FC Barcelone parle de l’homme libre :

« Puyol a le ballon, il est seul. Je lui dis : monte ! monte ! Et il monte jusqu’à ce qu’un adversaire sorte sur lui. Si c’est celui qui me marquait…Tranquille, je suis libre. »

Comment travailler le jeu de position ?

Deux formes de travail peuvent être utilisé pour améliorer le jeu de position de votre équipe, nous les expliquons ci-dessous :

1 – Rondo

Le Rondo est un style d’entrainement fondamental dans lequel le groupe qui a la possession du ballon dispose d’un avantage numérique. L’objectif du groupe en possession est de garder la balle loin du ou des défenseurs, tandis que l’objectif du ou des défenseurs est de récupérer le ballon. Le rondo a été popularisé par Johan Cruyff lors de son arrivé à Barcelone.

Exemple de Rondo : Rondo en mouvement : 5 contre 2 + 1 par UD Levante

2 – Jeu de position

Nous pouvons décrire le jeu de position comme un jeu de conservation structuré avec des équipes en opposition. Il représente une évolution par rapport aux classiques conservations. Il est utilisé avec différentes variantes en terme d’espace, de quantité de joueurs, de rapport numérique, de joueurs cible ou appuis…Mais l’objectif reste toujours le même : échanger le ballon d’un côté à l’autre du terrain.

3 – Exemple de jeu de position 

Nous vous présentons ci-dessous 2 jeux de position tendance utilisé par Pep Guardiola cette année avec Manchester City.
Le but du jeu est de joindre les joueurs cibles aux extrémités du terrain. En possession du ballon, l’équipe devra prendre des positions offensives pour ouvrir le jeu. De plus, elle devra veiller à respecter les mécanismes nécessaires au fameux jeu de position ( l’échelonnement, l’homme libre, le troisième homme, l’amplitude…)

 

« Plus on a de décisions à prendre, plus les prises de décision s’améliorent. Les joueurs moins bons, il faut les entrainer dans des espaces plus grands, et il faut entrainer les meilleurs joueurs dans des espaces réduits pour qu’ils aient moins de temps pour penser et prendre les décisions. »
Pep GUARDIOLA 

 


Si vous avez aimé cet article sur le jeu de position, un outil au service du collectif, nous vous invitons à le partager via facebook ou twitter.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*